Twitter Facebook Accueil

Ligue des droits de l'Homme

Section d'Aix-en-Provence et du Pays d'Aix

L’Algérie vue par les ONG et par le dessinateur DILEM 3 mai 2012

Pour cet éclairage, deux documents, deux regards politiques sur la situation de l’Algérie à quelques jours des élections législatives. Le premier document est une analyse critique des lois votées par le parlement sortant dans le cadre des réformes gouvernementales consécutives au printemps 2011. Le deuxième est un recueil de dessins de presse dont l’auteur est DILEM, chroniqueur féroce de la vie quotidienne, politique et internationale de son pays.

Premier document (d’une grande qualité graphique) : « Réformes politiques ou verrouillage supplémentaire de la société et du champ politique en Algérie ? Une analyse critique »

Le document peut être téléchargé sur le site de la LDH ( la notre !) à l’adresse : http://www.ldh-france.org/Reformes-politiques-ou

Dans un rapport conjoint publié le 19 avril 2012, le Réseau Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme (REMDH), le Collectif des Familles des Disparu(e)s en Algérie (CFDA), la Ligue Algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH) et le Syndicat National du Personnel Autonome de l’Administration Publique (SNAPAP) présentent un rapport sur les nouvelles lois adoptées en Algérie et sur les violations des libertés fondamentales et des droits humains qui s’intensifient en Algérie.

Ce rapport s’intitule « Réformes politiques ou verrouillage supplémentaire de la société et du champ politique en Algérie ? Une analyse critique » . Il révèle que contrairement aux annonces du Président Bouteflika faisant état « d’approfondissement du processus démocratique », l’adoption des nouvelles lois est en réalité devenue pour le pouvoir algérien une occasion de maîtriser davantage la société civile et le champ politique, un moyen de renforcer le contrôle de la société algérienne dans son ensemble.

Ce rapport offre un panorama des différents textes de loi à travers des fiches thématiques et des recommandations, portant sur : la loi relative au régime électoral (fiche 1), la loi fixant les modalités augmentant les chances d’accès de la femme à la représentation dans les assemblées élues (fiche 2), la loi relative aux partis politiques (fiche 3), à l’information (fiche 4) et aux associations (fiche 5).

Ces lois, adoptées en janvier 2012 en Algérie dans le cadre des prétendues réformes politiques, marquent une régression notable en matière des libertés fondamentales et ce en violation flagrante des engagements internationaux pris par l’Algérie, notamment des dispositions du Pacte international relatif aux droits civils et politiques des Nations unies (PIDCP). Les organisations signataires dénoncent fermement le décalage entre les annonces officielles et les pratiques répressives auxquelles les autorités algériennes ont recours et interpellent le public algérien ainsi que les observateurs internationaux présents en Algérie, notamment les observateurs de la mission de l’Union européenne, sur les nouvelles lois adoptées en Algérie et sur les violations aux libertés fondamentales et aux droits humains qui s’intensifient en Algérie.

Deuxième document (d’une très grande qualité graphique !!) : les dessins de DILEM dans le quotidien algérien Liberté.

http://www.liberte-algerie.com/dilem/galerie

Voici comme Plantu le présente en janvier 2012 quand les deux dessinateurs échangent leur place à la une de leur journal « Dilem est un dessinateur qui ne ressemble pas aux autres. Déjà tout jeune, il transgressait un énorme tabou dans son pays, l’Algérie : oser dessiner le président. Il y a plus de 15 ans, ce président s’appelait Chadli et le jeune Dilem osa pour la première fois se moquer et… caricaturer le numéro 1 du pays. Il retint son souffle… Et puis rien : il ne fut pas inquiété.

C’est alors qu’il commença sa carrière de dessinateur de presse. Aujourd’hui, il travaille pour la Liberté, un quotidien qui arrive à publier ses pages sans trop de problème. Autant la télévision algérienne est cadenassée, autant la presse papier jouit d’une belle ouverture. Depuis, Dilem a quand même eu quelques ennuis ; l’année dernière, il a séjourné pas mal de temps dans les tribunaux car ses dessins ne passent pas vraiment inaperçus. Et, côté barbus, il a reçu de grosses menaces. En 2004 encore il apprenait que tel imam de telle mosquée avait demandé qu’on l’égorge, toute affaire cessante ; ça met comme une ambiance. »

Et en plus a) quotidiennement, le dessin du jour s’ajoute à la galerie ; et b) il dessine beaucoup et très méchamment Sarko