Twitter Facebook Accueil

Ligue des droits de l'Homme

Section d'Aix-en-Provence et du Pays d'Aix

Législatives, suite. Les entretiens avec les candidats « En marche ! » 6 juillet 2017

Nous avons publié avant les élections législatives un numéro spécial de nos « Echos de la LdH – Section d’Aix-en-Provence » donnant les réponses de candidats à notre questionnaire. Les deux candidats « En marche ! », Mme Anne-Laurence Petel et M Mohamed Laqhila,  nous ont accordé un entretien  postérieurement à cette publication. Voici les comptes rendus de ces entretiens qu’aucun des deux n’a validés.

ELECTIONS LEGISLATIVES 2017 – Entretien avec Madame Anne-Laurence Petel, candidate LRM dans la 14ème circonscription des Bouches du Rhône

 

Remarque : faute de temps, les dernières questions ont été écourtées. Ce n’est pas le signe qu’elles aient été considérées moins importantes. Ce compte rendu n’a pas été validé par Mme Petel.

 

SERVICES PUBLICS

 

Transports : notre département est très en retard. Nous pénalisons les chômeurs, les personnes à petits moyens. Il sera nécessaire d’investir dans ce domaine. Pas opposée aux privatisations si elles mènent à des baisses tarifaires. Mais il s’agit d’une mission de service public, avec un cahier des charges.

 

Santé : Pour ce qui est de la logique comptable, la question est de savoir faire des économies, essentiellement en améliorant l’organisation (par exemple les emplois du temps). Les 35 heures ont été mal appliquées à l’hôpital ce qui l’amène à travailler à flux tendu, ce qui n’est pas bon. Il y a nécessité d’une gestion efficace.

L’accès de tous aux soins est essentiel (conservation de la CMU, de l’AME, création de maisons de santé).

La prévention semble le maître mot: moins de maladies donc économies. Trois niveaux d’action en ce sens : Etat, la profession et les comportements citoyens.

Parmi leurs stages, les étudiants de santé devront faire trois mois en milieu scolaire, ce qui leur fera connaître un public qu’ils ignorent et permettra de développer la prévention dans ce milieu.

Pour les risques liés à l’environnement, nous préconisons une baisse drastique des pesticides,  un refus des perturbateurs endocriniens. Nous comptons beaucoup sur N. Hulot.

 

Ecole :  Dans les Rep et Rep+ les classes de CP et de CE1 seront dédoublées. Nous prévoyons un redéploiement de postes (à partir du secondaire) et une création de 4 à 5000 postes pour le permettre. Nous voulons une intégration des handicapés, et donc la création de postes d’AVS, avec une vraie formation.

A la fin du CP doivent être acquis les 4 savoirs fondamentaux : lecture, écriture, calcul et respect des autres.

Pour faire les devoirs à l’école, est prévu l’apport d’heures supplémentaires, l’utilisation de retraités ou d’étudiants.

Dès septembre les rythmes scolaires seront au choix des municipalités, charge à elles de discuter avec les enseignants et les parents pour ne pas décider sans discussion. Nous sommes attachés à une autonomie.

Nous insistons sur la formation initiale et continue des enseignants, avec la formation en alternance dès Bac+3.

 

SECURITE

 

Etat d’urgence : on y mettra fin en novembre, mais il faudra intégrer certaines mesures importantes dans la loi: filtrage des concerts, fermeture des lieux de culte prêchant la haine ou le terrorisme, assignations à résidence et perquisitions possibles pour les fichiers S. Un contrôle a posteriori par le juge administratif garantit les libertés. La difficulté est que le sentiment d’insécurité s’est développé, ce qui explique certaines mesures « placebo », mais les mesures dans la loi nous semblent importantes contre le terrorisme.

Plus important nous semble un effort du côté du renseignement, qui semble être au centre de la lutte.

Police du quotidien: nous voulons une telle police, qui ressemble à ce qu’était la police de proximité. des policiers hors de leurs voitures, qui rencontrent la population. Comme pour la santé, la prévention nous semble primordiale, cette police doit la permettre.

Surveillance : la video permet des élucidations, elle n’évite pas les délits. Pour le reste, c’est un vaste sujet, nous sommes déjà transparents via les moyens électroniques. C’est une question importante à étudier constamment.

Police municipale : elle n’est pas la nationale, n’a pas à être armée. Elle a des missions différentes et doit faire du relationnel, de la prévention principalement.

Bavures policières : il faut que la police n’ait plus peur. Cette haine réciproque entre policiers et certaines populations est insupportable. Les relations entre les policiers et la population se sont dégradées à cause de la politique du chiffre. Il faut améliorer les conditions de travail des policiers,  entendre leur point de vue, prendre en compte le fait qu’ils  vont travailler en état de stress, et celui des jeunes qui peuvent subir des actes de racisme.

Nous prévoyons la création de 10000 postes de policiers, et une amélioration de leur formation.

 

JUSTICE.

            Il faut renforcer l’autorité judiciaire, mais il faut garantir l’indépendance du Parquet. Le ministère gère l’administration.

La question des peines alternatives est liée à la pédagogie. La peine doit punir tout en permettant au délinquant de dépasser son délit pour ne plus recommencer. La prison est un moyen, pas toujours le plus adapté.

Pas de position de principe sur la récidive. Mais une peine doit être adaptée et ne pas craindre la sévérité. Par contre on ne peut séparer cette question de celle de la prison, la peine doit apprendre au délinquant qu’il y a une autre voie.

Les magistrats sortant de l’ENM ne doivent pas être amenés immédiatement à juger.

La Justice des mineurs doit être protégée et les magistrats doivent être formés à cela. Nécessité de soutien par des pédopsychiatres. Les peines doivent faire partie d’une pédagogie.

 

DROITS SOCIAUX.

            La question du travail est un de nos grands chantiers. Nous voulons organiser des formations longues, en créant un vrai service public de la formation. Actuellement 15% seulement des 32 milliards dévolus à la formation sont pour les chômeurs.

Le temps de travail doit être modulé selon l’âge. On devrait moins travailler (en heures) à 60 ans qu’à 30. Il ne faut pas traiter cela comme un bloc, mais donner plus de liberté.

Inversion des normes : nous sommes pour des négociations au plus près des personnes et des entreprises. Mais s’il n’y a pas accord local, on est renvoyé à l’accord de branche. Cela dépend aussi de la taille de l’entreprise, il y a un seuil minimal à définir en deçà duquel l’accord par entreprise n’est plus possible, les salariés étant trop dépendants.

Nous sommes pour des planchers et des plafonds d’indemnisation aux Prud’hommes, pour protéger tant les salariés que les entrepreneurs.

Nous voulons alléger les charges pour aider les entrepreneurs à proposer des contrats qui évitent la précarité.

Nous prévoyons une assurance chômage universelle, pour salariés, artisans, indépendants. Que ceux qui prennent des risques aient cette assurance, qu’elle permettre de changer de job.

 

DROITS DES FEMMES.

            Evidemment il faut les développer, la présence de nombreuses femmes à l’Assemblée permettra cette évolution. L’IVG doit être protégée, il n’y a pas d’IVG de confort.

Pour ce qui est du genre, des LGBT, etc. toute la question est le droit à la différence et le respect des autres différents. On doit pouvoir parler à l’école de tous ces sujets, mais dans un contexte global de respect de toutes les sortes de différences. Là encore c’est une question d’abord d’éducation.

 

ACCUEIL DES MIGRANTS ET DES ROMS.

            La question des migrants est européenne, et l’attitude actuelle n’est pas bonne. Derrière les statistiques sont des personnes, il faut en tenir compte. Savoir qu’on ne migre pas par plaisir. Il faut organiser une véritable coopération européenne et accueillir dignement. Cela ne signifie pas qu’on ne mette pas de conditions qui sont à définir. Il faut aussi accélérer les procédures et accroître la visibilité des conditions.

Pour les Roms, on peut dire que la politique du bulldozer n’est pas admissible.

 

ECOLOGIE, DEVELOPEMENT DURABLE ET DROITS DE L’HOMME.

            Nous n’avons pas eu le temps d’aborder ce point, Madame Petel devait écrire un complément.

________________________________________________________________________________________________

Elections législatives 2017  –  Entretien avec M Mohamed Laqhila, candidat ‘En marche’ dans la 11ème circonscription des Bouches du Rhône

 

LES SERVICES PUBLICS

Nos questions  portent sur la conception générale des services publics, leur étendue, le déséquilibre territorial, la santé, l’accès aux soins, la santé au travail, l’école l’échec scolaire  la formation des enseignants et les rythmes scolaires.

 

Conception des Services publics

– importance de la notion de Service public, même si tout n’est pas parfait nos Services publics comparés à ceux de certains pays étrangers ne sont pas les plus mauvais, ce qui n’empêche pas d’améliorer certaines choses.

La désertification de certains territoires par les Services publics posent évidemment problème et il faut mettre en place une complémentarité entre le public et le privé.

La Poste développe actuellement d’autres Services qui lui permettent de trouver un équilibre et le privé peut avoir une mission de Service public par délégation ; par exemple en matière de transport, qui est une mission de l’État, les Sociétés privées peuvent rendre certains services s’ils sont accompagnées financièrement par l’État ou les collectivités locales car elles ont l’obligation d’équilibrer leurs comptes .

Pour ce qui est de la gare à Plan de campagne, les communes voisines doivent mettre en place des transports dans un souci de Service public pour que cette gare puisse être accessible pour les habitants.

 

 La santé 

Notre système de santé est un des meilleurs, mais il est sûrement perfectible.

Un des principes de base du bon fonctionnement, quelle que soit la structure, est d’être respectueux des rapports humains en interne.

– obligation pour les hôpitaux d’équilibrer leurs comptes

– contrôle de l’utilisation de l’argent public

– recruter les personnels par le directeur des CH en fonction des besoins et des compétences

– mettre fin au clientélisme

 

L’accès aux soins :

la mise en place des mutuelles pour tout le monde a été une avancée

– maintien de la CMU et de l’AME

– remboursement à 100 % des lunettes et des soins dentaires pour les personnes dans le besoin

Une des propositions pour lutter contre le déséquilibre territorial est de :

– rétablir le Service Civil par exemple pour les professions comme les médecins qui doivent pendant au moins 3 ans, s’installer là où il y a des besoins

– demander aux futurs médecins de signer un engagement dès le début de leurs études qui sont longues et dont le coût est non négligeable pour la nation

– créer des Maisons médicales, surtout pour les personnes âgées qui ont des difficultés pour se déplacer.

– prendre en charge de façon plus conséquente tous les soins inhérents au handicap.

La santé au travail :

La médecine du travail doit être adaptée en fonction de la taille des entreprises. Dans les TPE il existe une proximité entre les salariés et les employeurs, ces derniers peuvent déceler plus facilement des problèmes que dans les grandes entreprises.

 

L’ Ecole

L’éducation et la formation est une priorité fondamentale pour la nation.

L’ échec scolaire :

– créer des classes à 12 élèves dans les ZEP (zones d’éducation prioritaires)

– créer des postes supplémentaires d’AVS pour aider les élèves handicapés.

La formation des enseignants :

– mettre l’accent sur la formation des enseignants

Les rythmes scolaires : laisser la liberté aux communes pour l’organisation des rythmes scolaires

 

Pour ce qui concerne la sécurité, nos  questions portent sur l’état d’urgence, les caméras de vidéo-surveillance, les titres d’identité biométriques, la police, les forces de sécurité privées et les bavures policières.

 

LA SECURITE

Nos questions portent sur l’état d’urgence, les caméras de vidéo-surveillance, les titres d’identité biométriques, la police, les forces de sécurité privées et les bavures policières.

 

L’ Etat d’urgence : celui-ci ne doit pas perdurer, même si ça rassure les citoyens.

– inscription de certaines mesures de l’état d’urgence dans la loi générale

– contrôler plus systématiquement les flux aériens, maritimes et terrestres afin de mettre un terme à la circulation démesurée d’armes à Marseille

– perquisitionner chez les personnes soupçonnées de trafics d’armes

 

Les caméras de vidéo-surveillance ont leur utilité, même si on sait qu’elles ne sont pas toujours efficaces dans la prévention.

 

Les fichiers biométriques doivent être sous contrôle de la justice.

 

La police fait partie des fonctions régaliennes de l’État.

Il faut rétablir la police de proximité.

Les bavures policières sont inacceptables.

Il faut un respect mutuel entre les policiers et les citoyens.

Il faut mettre en place le récépissé lors de contrôles et filmer les interpellations.

La formation des policiers est primordiale.

Les forces de sécurité privée doivent être davantage encadrées par la loi.

 

LA JUSTICE

Nos questions portent sur le statut du Parquet, sur les prisons, sur les peines et sur la justice des mineurs.

Le Parquet : 

– nécessaire indépendance du Parquet et des magistrats.

Les prisons :

– rendre les prisons humaines. En finir avec l’indignité des conditions de détention.

– garantir les droits des détenus. Nécessité de fournir une formation aux détenus et de préparer leur réinsertion

Les peines :

– l’emprisonnement préventif est inacceptable

– Il faut infliger des sanctions proportionnelles aux délits

– favoriser les peines alternatives  et privilégier la réinsertion des détenus.

– considérer qu’une peine purgée est purgée.

– maintenir la contrainte pénale, telle qu’elle figure dans la loi Taubira

Les mineurs :  Il faut maintenir une juridiction spécifique pour les mineurs (ordonnance de 1945) et privilégier leur accompagnement et leur réinsertion.

 

LES DROITS SOCIAUX

Nos questions portent sur le droit au travail et sur la loi travail.

Questions non posées faute de temps : les inégalités face au travail, la sécurité sociale et la retraite

 

L’important est de trouver vite du travail. Pour cela, il faut faciliter la tâche des entreprises, spécialement des PME et TPE, leur donner plus de liberté de licenciement : une entreprise qui peut licencier facilement embauchera plus facilement. Il faut aussi limiter l’indemnité prud’homale.

– Le code du travail doit être simplifié.

– Pour les jeunes, mise en place de formations qualifiantes diversifiées et accès à un emploi rémunéré et création d’une allocation pour les étudiants.

– étendre les minima sociaux aux étudiants.

 

L’ACCUEIL DES MIGRANTS ET DES ROMS

 

Nos questions portent sur la politique d’accueil des migrants, sur la distinction migrants politiques/migrants économiques, sur les mesures à envisager pour les intégrer. Elles portent aussi sur l’accueil spécifique des Roms.

 

– La France n’est pas particulièrement généreuse en matière d’accueil des migrants.

– Il faut apporter une aide d’urgence aux demandeurs d’asile et  aux réfugiés économiques et construire des centres d’accueil en nombre suffisant

– Il faut aussi mettre en place rapidement l’apprentissage du français

– Les migrations doivent être pensées au niveau européen et international : il s’agit de construire des politiques migratoires concertées.

– La situation à la frontière italienne est particulièrement choquante. La solidarité n’est pas un délit. Il faut punir les passeurs mais pas les bénévoles qui aident des migrants démunis et épuisés.

– Il faut favoriser la solidarité internationale pour aider certains pays à se développer harmonieusement.

Les Roms :

– Il faut les accueillir dans de bonnes conditions et les aider à s’insérer. Ce qui s’est passé à Gardanne est un bon exemple de ce qu’il est possible de  faire mais ne doit pas cacher l’importance de l’aide des bénévoles des associations.

– Les fonds européens destinés à l’accueil des Roms sont loin d’être utilisés. Il faut réfléchir à leur utilisation.

 

LES DROITS DES FEMMES

Nos questions sur l’interruption volontaire de grossess, les violences faites aux femmes et sur l’éducation à l’égalité entre les sexes.

 

– sur l’IVG : consolidation du droit à l’IVG (en rendre l’accès plus facile sur tout le territoire)

– sur les violences faites aux femmes,  renforcer les dispositifs existant : facilitation du dépôt de plainte, déculpabilisation, formation des interlocuteurs qui accueillent les femmes dans les situations d’urgence (policiers).

– sur l’éducation à l’égalité entre les sexes : la rendre présente tôt à l’école

 

L’ECOLOGIE

Nos questions portent sur la transition écologique.

 

– Il est Important de réussir  la transition écologique

– Nécessaire  transformation des emplois liés à la transition écologique (de nombreux emplois nouveaux apparaîtront du fait  de la transition qui devraient compenser la perte des emplois antérieurs)

– Cela dit, il convient d’éviter les positions extrêmes en matière écologique et de faire une analyse au cas par cas, tenant compte à chaque fois de la situation économique de la région et des emploi

Laisser un commentaire

Only a subset of HTML tags and attributes are allowed.